Suivez-nous sur : Contactez-nous

Abonnez-vous à notre bulletin d’information

Votre adresse de messagerie est utilisée pour vous envoyer les actualités concernant l’AIMF. Vous pouvez à tout moment utiliser vous désabonner en utilisant la case ci-dessous

Fermer
Accueil > Ressources > Centre de ressources

Notre communication, expression de notre utilité

  • Partagez cette page

TRIBUNE DE M. Robert Beugre MAMBE, Minstre, Gouverneur du District Autonome d’Abidjan, Secrétaire Général de l’AIMF

Depuis plusieurs années, la corrélation entre la montée des crises politiques, sociales, économiques ou sécuritaires et l’affirmation de nouvelles relations humaines portées par les technologies, a eu pour conséquence l’émergence d’une nouvelle réalité en stratégie de communication : la véritable valeur d’une organisation ou d’une institution réside dans son utilité.

Cette révolution morale, d’une ampleur que nous sous-estimons bien malgré nous, par certitudes, par manque d’expériences, par manque de méthode, révolution portée par l’ubiquité technologique, laquelle fédère les différents mouvements populaires et spontanés, en réaction à ces crises, réclame une approche holistique.

Dans un tel contexte, comment une communication institutionnelle, telle celle de l’AIMF, peut-elle répondre concrètement aux attentes des sociétés civiles locales ? Comment peut-elle contribuer à reconsidérer le monde francophone dégagé de son unité de circonstance ? Comment construire des dialogues locaux interculturels afin de les rendre opérationnels ? Comment construire cette nouvelle voie ?

  • Trois grandes actions : partager, bâtir, transmettre

Tout d’abord en nous adaptant et en suivant trois grandes actions : partager, bâtir, transmettre.

Partager signifie pour nous : nourrir le concept clef d’équité et d’égalité entre les êtres humains. Aujourd’hui nous ne pouvons plus communiquer avec un message unique descendant. Nous devons entretenir les relations. Les faire grandir. Faire confiance. Cela pour bâtir, ériger des stratégies du réel, de la vraie vie. Des stratégies pensées comme des plateformes de communication et d’information durables. En évitant les « coups médiatiques » oubliant le fond et la vérité des moments. Afin de pouvoir transmettre un contenu fiable et de qualité, de faire comprendre les enjeux de nos sociétés et d’accompagner celles et ceux qui adhèrent à notre réseau : nos membres, nos partenaires techniques ou financiers, les sociétés civiles.

Une telle communication repose sur un cadre opérationnel fort et sur son « comment faire avec les autres ». C’est ce que nous faisons dans la région des Grands lacs africains, au Maghreb, en Afrique centrale et occidentale, dans l’océan Indien, en Asie du Sud Est, en Amérique d’inspiration francophone, au Proche Orient. Avec ce souci de favoriser et de faciliter ce « métissage permanent », comme le voulait SENGHOR. Cette communication n’est pas dans la référence à un autre monde ou à un autre passé. Elle est dans le message que nous avons la capacité de faire passer à l’international et dans l’action particulièrement concrète de solidarité. Démarche spécifique à toute communication associant le local au national et à l’international. Démarche d’affirmation d’une adhésion aux problématiques du Monde, notamment environnementales, de leur bonne compréhension à tous les échelons administratifs. Une intégration de l’international, du national et du local pour apporter une réponse cohérente, économique, sociale, moderne, aux attentes des citoyens.

Dans ce mouvement créatif, les crises, toutes les crises, locales ou internationales sont, avec le numérique, autant d’accélérateurs qui supportent notre démarche initiée et mise en œuvre à travers les programmations stratégiques qui se sont succédé depuis une vingtaine d’années. À cet égard, le CORONA, qui nous a plongé dans l’urgence, est un révélateur de la méthode. C’est-à-dire dans la nécessité de mettre en cohérence le confort de la stratégie votée, avec la nécessaire réactivité, en réponse aux attentes de solidarité et d’immédiateté.

  • Mettre en cohérence les paroles et les actes

La mise en cohérence de la parole et des actes. La pratique a donc évolué et la communication institutionnelle a été soumise à l’impératif de la finalité de l’action, de son apport à la société. Notre objectif est de « vendre » notre bien commun, notre réseau. Cette réalité est devenue un impératif. Il ne s’agit plus, pour l’AIMF, de promouvoir une institution mais de satisfaire, au mieux, les attentes de ses membres et des populations qui leur sont associées. Il s’agit de promouvoir un usage et non l’institution en elle-même. Notre institution entend être reconnue pour ce qu’elle est devenue, une « institution de mission », en étant l’expression sociétale, environnementale, des différents réseaux régionaux de villes qui la compose et, surtout, la structure. Dans notre monde incertain, elle suscite la confiance et sa méthode mérite de faire école. La confiance des partenaires est le nouvel indicateur de référence. Incertitude et confiance vont de pair et la communication concrète fait le lien. Ceux qui nous observent, ceux qui attendent de nous, ressentent cette incertitude à travers des paroles ou des faits, qui viennent de partout, qui s’entrechoquent, qui nous bombardent, qui tentent de s’imposer, qui s’accumulent. La crise sanitaire actuelle et la communication qui l’a caractérisée en a été un révélateur. Choc des affirmations contradictoires, choc dans le quotidien de chacun, choc économique, choc social, choc dans les modes de gestion, choc dans la crédibilité des gouvernements, notamment ceux des pays développés. Autant de chocs qui ont affaibli, gouvernance, communication, confiance dans les institutions protectrices.

Il nous appartient de communiquer sur le caractère positif des démarches locales, sur l’espoir porté par la solidarité, sur la manière de faire. Là est notre réponse. Agir vite sans être soumis aux consensus trop souvent prétextes à l’inaction. La crise a mis en exergue le sens et la confiance vis-à-vis de l’action conduite au niveau local, celles des cadres qui animent le réseau et son quotidien. Elle a été révélatrice de notre résilience et de cette volonté de faire preuve de ce « génie du renouveau ». Avec une communication sans grandiloquence, refusant le repli sur soi, croyant dans le dynamisme de la diversité, de la solidarité et de la rigueur. Une communication qui n’est plus seulement une voix, un art de dire, mais un moyen de savoir exprimer l’attente qui converge avec le faire, grâce à la vision qui l’anticipe. Une communication qui porte concrètement les expériences des diverses sociétés qui composent notre réseau de villes. Une communication pour partager, bâtir, transmettre. Une communication qui est l’expression de notre utilité.

Association Internationale
des Maires Francophones

9, rue des Halles
75001 Paris (FRANCE)
Téléphone / + 33 1 44 88 22 88
Fax / + 33 1 40 39 06 62

AIMF OIF