Suivez-nous sur : Contactez-nous

Abonnez-vous à notre bulletin d’information

Fermer
Accueil > Actualités > Toutes les actualités

AIMF et villes nord-américaines

  • Partagez cette page

L’AIMF renforcée par l’apport des villes Nord-américaines
Une réflexion proposée par Denis Pourchet, Administrateur Principal à la Commission européenne

Il y a bien des considérations qui plaident en faveur de l’élargissement de l’Association Internationale des Maires Francophones (AIMF), aux villes du continent nord-américain. Créée en 1979, l’AIMF avait dès son origine une dimension européenne et américaine, par l’initiative prise par les maires de Paris (J. Chirac) et celui de Québec (J. Pelletier), avec pour objectif d’établir des liens entre les maires des grandes métropoles qui ont le français en partage. Riche de plus de 250 membres, présente dans 50 pays, l’AIMF est un réseau de collectivités locales francophones qui se retrouvent autour de valeurs communes, permettant ainsi de favoriser les échanges en mobilisant l’expertise territoriale francophone. En offrant une tribune internationale aux villes américaines francophones, cela renforce ce réseau par l’échange de bonnes pratiques et de connaissances, permettant ainsi à l’AIMF de promouvoir la francophonie, tout en renforçant sa vocation envers les pays du sud en favorisant la coopération au développement.


CONTRIBUER A RENFORCER LA FRANCOPHONIE

De par son histoire, la langue française est porteuse de valeurs qui lui sont propres et qui ont imprégné le Monde. Sur une planète qui se globalise et qui tend à uniformiser la pensée, la francophonie apporte une autre vision du monde qui nous entoure, une manière de penser, de dialoguer avec les autres, en diffusant des idées de démocratie et de solidarité que la langue française véhicule. Ainsi une des missions de ce réseau, consiste à faire connaître entre elles et sur la scène internationale, les villes (et associations d’Autorités Locales) qui sont rattachées historiquement, culturellement et linguistiquement, afin de promouvoir la connaissance du fait français sur le continent Nord-américain et à travers le monde.

- La place du français en Europe

L’action de l’AIMF est d’autant plus bénéfique que la situation du français reste menacée. Si la langue française bénéficie d’un fort développement en Afrique subsaharienne où elle connaît la plus forte croissance, il n’en va pas de même partout dans le monde où sa position est malgré tout fragilisée. Même si elle bénéficie toujours d’un positionnement fort sur la scène internationale, en Europe le français recule. Deuxième langue la plus parlée il n’y a pas si longtemps, le nombre de locuteurs français sur le continent européen aujourd’hui diminue. Ce déclin illustre les difficultés de la langue de Molière à percer dans les publications scientifiques comme sur internet, face à l’anglais universel (globish) de plus en plus utilisé. Ceci est surtout vrai depuis les deux derniers élargissement de l’Union européenne, où l’utilisation de plus en plus réduite du français dans les Institutions de l’UE notamment est préoccupante, tendant à consacrer l’anglais langue unique de l’Europe, alors que toutes les langues des pays de l’Union sont placées (chercher l’erreur) sur un pied d’égalité. L’Europe était pourtant restée jusque-là, une puissance politique et économique où le français comptait encore. Pourtant celle-ci conserve de nombreux atouts et il n’est pas forcément trop tard pour contrebalancer cette tendance à la marginalisation, car en effet une partie de son avenir se joue toujours à Bruxelles.

-  La place du français en Amérique du Nord

Le continent nord-américain comprend plus de 20 millions de francophones (9M au Canada, 11M aux USA). Un réseau de villes tel que l’AIMF peut contribuer de manière significative à éviter que la francophonie en Amérique ne tombe dans les « oubliettes ». Pour les municipalités américaines et canadiennes francophones, l’affiliation à l’AIMF est une chance qui permet d’affirmer une identité qui s’appuie sur des valeurs d’indépendance et de solidarité qui viennent bousculer le modèle unique anglophone. Aux Etats-Unis, l’appartenance de villes aux réseaux francophones, offre différentes opportunités avec à la clef une possible « renaissance » du fait français dans ses terroirs historiques notamment de Louisiane et de sortir d’un relatif isolement culturel. Dans un monde où l’anglais est omniprésent, il est capital que la francophonie reste connectée. La francophonie aux USA à une histoire, celle de la Nouvelle France. Aujourd’hui encore des villes comme St Louis, Ste Geneviève, Lafayette ou La Nouvelle Orléans, sont porteuses de références historiques et de traditions culturelles qui viennent nous rappeler la première colonisation de l’Amérique par la France. Cependant les villes de Louisiane, à la différence de celles du Canada, n’ont pas pu suivre la voie politique pour défendre leur francophonie, ce qui a trop souvent relégué la langue française à un folklore pour touristes. En effet, nos cousins Cajuns n’ont pas bénéficié d’une règlementation analogue à celle de la loi 101 au Québec, pour consacrer le français comme l’unique langue officielle de l’état de Louisiane. Même la reconnaissance d’un bilinguisme « de facto », n’a pas eu lieu aux USA comme cela a été par exemple le cas dans les provinces canadiennes du Nouveau Brunswick ou du Manitoba. L’isolement culturel historico-géographique des francophones de Louisiane, les a amenés à se replier sur une forme de vieux français, souvent perçue comme archaïque par certains francophones. Cependant, la prise de conscience de cette réalité qu’est la francophonie, est aujourd’hui bien réelle dans un pays où le français doit aussi faire face à la montée en popularité d’autres langues telles que l’espagnol.

FAVORISER LA COOPERATION AU DEVELOPPEMENT

- Utiliser au mieux les réseaux de villes francophones

Par les liens qu’elle créée entre ses membres, l’AIMF est un extraordinaire vecteur de diffusion de la langue française. Elle permet en effet à ses membres participants, de s’impliquer dans la préservation du patrimoine, de contribuer plus généralement à la vitalité de la francophonie en soutenant le développement économique de leurs communautés. En unissant ainsi les francophones en réseaux, il est possible de mettre en commun une histoire, un patrimoine des expertises. Il ne s’agit pas seulement de préserver l’histoire et le patrimoine communs, mais aussi de développer des coopérations économiques en matière d’éducation, de recherches ou de soins de santé. La mise en réseaux apparait comme une solution pour échanger des informations et mettre en commun ce patrimoine, en établissant des liens durables se basant sur des relations personnelles avec des membres qui se rencontrent dans les domaines où ils disposent d’une expertise réelle. Avec un tel réseau, il est possible de promouvoir une véritable politique de renforcement des capacités s’inscrivant dans le temps et donnant une chance au développement économique local. En s’accroissant aux villes nord-américaines, la mise en réseaux augmente les capacités des autorités locales du nord, à faire de la coopération avec notamment des moyens financiers supplémentaires, permettant ainsi de mieux accompagner l’aide américaine, canadienne ou européenne au développement. La mise en réseaux permet aussi une approche tripartite de la coopération décentralisée, avec par exemple l’engagement d’une ville européenne et américaine sur un projet de développement en Afrique. La Commission européenne ne s’y est pas trompée. En matière de coopération au développement, celle-ci a en effet signé un accord de partenariat avec cinq réseaux de gouvernements locaux, dont l’AIMF fait partie. Cet accord passé avec la DG DEVCO est un accord politique, à travers lequel les signataires se sont engagés à mener des actions fondées sur des valeurs et des objectifs communs, contribuant notamment à lutter contre la pauvreté, promouvoir la démocratie ou le développement durable.

- Coopération décentralisée Nord-Sud, Sud-Sud

Par leur adhésion, les villes américaines francophones ne peuvent que renforcer la vocation de l’AIMF envers les pays du sud. L’augmentation du nombre des villes donatrices peut faciliter la réalisation de projets, l’échange d’expériences et de connaissances dans des domaines tels que les transports, l’environnement, le développement durable ou les échanges culturels. Les autorités locales, tant européennes qu’américaines, peuvent en tant qu’institutions publiques les plus proches des citoyens, offrir une expertise significative en matière de délivrance de services, la mise en place d’institutions démocratiques. Les partenariats qui en résultent peuvent ainsi permettre aux gouvernements locaux du sud, d’obtenir des financements. Par leur légitimité politique, elles peuvent mobiliser d’autres acteurs en vue de développer une vision sur le long terme, et à l’échelle du pays, pour la construction reconstruction de sociétés civiles inclusives. L’AIMF intervient déjà aux côtés de ses villes membres dans les domaines tels que les services essentiels aux populations, le développement, la valorisation des territoires, un appui à la décentralisation, la réconciliation ou la consolidation de la paix avec le rôle du Maire médiateur. Par sa proximité avec les représentants du citoyen, de nombreux défis attendent encore l’AIMF dans la gestion des crises et la prévention des conflits qui hélas se multiplient dans notre monde, notamment aujourd’hui avec la montée de l’islamisme radical.
Aujourd’hui l’AIMF remplit ses engagements et poursuit ses objectifs en matière de coopération au développement et de contribution au renforcement de la francophonie, comme en témoigne sa dernière réunion du Bureau qui s’est pour la première fois réuni aux Etats-Unis (à Lafayette). C’est toute une symbolique à l’heure où la frégate française l’Hermione va servir d’Ambassadeur pour revitaliser les relations avec les USA et redorer le blason de la francophonie.

MEMBRES ASSOCIÉS

Association Internationale
des Maires Francophones

9, rue des Halles
75001 Paris (FRANCE)
Téléphone / + 33 1 44 88 22 88
Fax / + 33 1 40 39 06 62

AIMF OIF